Bienvenue

À une époque de changements rapides dans le monde d’aujourd’hui, l’humanité a besoin, plus que jamais, d’une vision unifiée de l’avenir et du but de nos vies et de l’avenir de notre société.
Une telle vision se déploie dans les écrits de Bahá’u’lláh, le prophète fondateur de la foi bahá’íe.

La communauté baha’ie de Suisse explore les enseignements spirituels de Baha’u’llah avec des gens de tous horizons et apprend comment cette vision de l’unité de l’humanité, exprimée aussi par le principe de l’unité dans la diversité, peut être traduite en actes concrets pour rendre le monde meilleur.

Ce que croient les bahá'ís

Dans toute la Suisse, les enseignements de la Foi bahá’íe inspirent des individus et des communautés œuvrant à améliorer leur propre vie et à contribuant au progrès de la civilisation. Les croyances bahá’íes touchent à des thèmes tels que l’unicité de Dieu et de la religion, l’unité de l’humanité et l’élimination des préjugés, le caractère noble de l’être humain, la révélation progressive de la vérité religieuse, le développement des qualités spirituelles, l’intégration de l’adoration et du service, l’égalité fondamentale des sexes, l’harmonie entre la religion et la science, la justice au centre de tous les efforts humains, l’importance de l’éducation et le dynamisme des relations qui lient les individus, les communautés et les institutions les uns aux autres au fur et à mesure que l’humanité avance vers sa maturité collective.

Cette partie de ce site Internet fournit un résumé des origines de la foi bahá’íe, qui comprend de brèves descriptions des vies du Báb et de Bahá’u’lláh. Elle donne ensuite un aperçu de la vision de Bahá’u’lláh pour le monde et, finalement, elle présente la Maison universelle de justice et l’organisation de la communauté bahá’íe.

Pour avoir une vue plus complète des croyances bahá’íes, vous pouvez vous rendre sur le site Internet de la bibliothèque de référence bahá’íe « Bahá’í Reference Library », où vous pourrez lire des Écrits du Báb, de Bahá’u’lláh et de ‘Abdu’l-Bahá, ainsi que des volumes écrits par Shoghi Effendi et une sélection de déclarations et de communications de la Maison universelle de justice.

La transformation de la vie individuelle et de la vie collective

La meilleure façon de réaliser la vision qu’a Baha’u’llah de l’unité de l’humanité est de transformer à la fois notre vie collective et notre vie individuelle.

En Suisse, et dans le monde entier, les bahá’ís, avec leurs amis et voisins, s’engagent dans des actes de service qui visent à contribuer à la transformation de la société.
Ensemble, ils travaillent à l’amélioration de leurs quartiers, de leurs villes et de leur pays grâce à des programmes visant à développer les capacités et les aptitudes des enfants, des jeunes et des adultes.

Les figures centrales de la foi bahá’íe

Bahá'u'lláh

Bahá’u’lláh, qui est un titre signifiant « la Gloire de Dieu » en arabe, est né en novembre 1817 à Téhéran, en Iran. Déjà lorsqu’il était enfant, il montrait des signes de grandeur et de sagesse.

Après la mort de Son père, ministre à la cour du Sháh, Bahá’u’lláh refusa la carrière ministérielle qui Lui était ouverte dans le gouvernement. Au lieu de continuer à mener une vie de pouvoir et de plaisir, il choisit de consacrer Son énergie à des activités philanthropiques et caritatives qui lui valurent, au début des années 1840, le nom de « Père des pauvres ».

Durant toute Sa vie, aussi bien avant qu’Il ne se lève pour proclamer Sa Cause qu’après, Il fit face à de nombreuses tribulations : tout d’abord, Il fut incarcéré à Téhéran ; ensuite, Il fut envoyé quatre fois en exil. Son dernier lieu d’exil fut Saint-Jean-d’Acre, ville pénitentiaire en Palestine, sous le gouvernement de l’Empire ottoman. Sa vie a été une vie de souffrances, d’exil et de persécutions.

Tous les efforts faits par les gouvernements pour réduire Bahá’u’lláh au silence furent vains. Plus loin Il était exilé, plus nombreux étaient les gens attirés par Ses enseignements, Son pouvoir et Sa majesté. Malgré les persécutions, Bahá’u’lláh révéla la parole de Dieu pendant quarante ans et apporta Son amour et Son énergie spirituelle au monde.

Bahá’u’lláh s’éteignit en 1892. Pour les bahá’ís, Son tombeau est le lieu le plus saint sur terre. Il se trouve près de Saint-Jean-d’Acre.

Le Báb

En 1844, un jeune marchand annonce qu’il est porteur d’un message destiné à transformer l’humanité. À une époque où son pays, l’Iran, était en proie à un effondrement moral généralisé, son message a suscité l’enthousiasme et l’espoir de toutes les classes sociales, attirant rapidement des milliers d’adeptes. Il prit le nom de « Báb », signifiant « Porte » en arabe.

Avec Son appel à une réforme spirituelle et morale et l’attention qu’Il portait à l’amélioration de la position de la femme et des conditions de vie des pauvres, les préceptes du Báb pour le renouveau spirituel étaient révolutionnaires. Parallèlement, Il fonda Sa propre religion distincte et indépendante, inspirant Ses adeptes à transformer leurs vies et à accomplir de grands actes héroïques. Sa mission, qui dura seulement six ans, était de préparer la venue de Bahá’u’lláh.

Le Báb est né en 1819 et Son messager révolutionnaire causa la colère des autorités civiles et religieuses, ce qui entraîna des persécutions. Il fut martyrisé en 1850 par un régiment de soldats. Ses adeptes recueillirent Ses restes, les cachèrent et les gardèrent en sécurité pendant plusieurs années. Il fut finalement enterré sur les pentes du Mont Carmel, sur le lieu qu’avait désigné Bahá’u’lláh Lui-même.

'Abdu'l-Bahá

‘Abdu’l-Bahá, le fils aîné de Bahá’u’lláh, né en 1844, devint la figure de proue de la foi bahá’íe après la mort de son Père ; il était connu comme un champion de la justice sociale et un ambassadeur de la paix internationale. Dans Ses Écrits, Bahá’u’lláh s’assura que Sa religion ne subirait jamais le même sort que les autres, qui s’étaient divisées en sectes après les décès de leurs fondateurs, et que l’unité serait maintenue. Il instruisit tous Ses adeptes pour que ceux-ci se tournent vers Son fils ‘Abdu’l-Bahá, qui était non seulement l’interprète autorisé des Écrits bahá’ís, mais aussi l’Exemple parfait de l’esprit et des enseignements de la foi bahá’íe.

Les qualités de caractère extraordinaires de ‘Abdu’l-Bahá, son savoir et son service à l’humanité offrirent une belle démonstration des enseignements de Bahá’u’lláh en action et apportèrent un grand prestige à la communauté qui s’étendait rapidement dans le monde entier. Il consacra son ministère à faire progresser la foi de son Père et à promouvoir les idéaux de paix et d’unité. Il encouragea l’établissement d’institutions bahá’íes locales et guida des initiatives éducatives, sociales et économiques naissantes. Après avoir été libéré de son emprisonnement, qui avait duré toute sa vie, ‘Abdu’l-Bahá voyagea en Égypte, en Europe et en Amérique du Nord. Il passa sa vie à présenter à tous, quelles que soient leurs classes sociales, les préceptes de Bahá’u’lláh pour le renouveau spirituel et social de la société. Il s’éteignit en novembre 1921, il y a tout juste un siècle.

La vision de Bahá’u’lláh pour le monde

Manifestations de Dieu : les Éducateurs divins

Tout au long de l’Histoire, Dieu a envoyé des Éducateurs divins, connus sous le terme de Manifestations de Dieu, pour cultiver les capacités spirituelles, intellectuelles et morales de l’humanité. Quelques-uns de ces êtres sont Abraham, Krishna, Zoroastre, Moïse, Bouddha, Jésus Christ, Mohammad et, plus récemment, le Báb et Bahá’u’lláh. Bahá’u’lláh, le dernier en date de ces Messagers, a expliqué que les religions du monde proviennent de la même Source et sont, dans leur essence, les chapitres successifs de la religion unique de Dieu.

La vision de Bahá'u'lláh

Les bahá’ís croient que la nécessité cruciale à laquelle est confrontée l’humanité est de trouver une vision unificatrice de l’avenir de la société ainsi que de la nature et du but de l’existence. Une telle vision est révélée dans les écrits de Bahá’u’lláh. Touchant aux racines mêmes de la motivation humaine, les enseignements de Bahá’u’lláh ont éveillé, dans des populations entières, des capacités à contribuer à l’avancement de la civilisation à un point jamais atteint jusqu’à présent.

La paix universelle : un des enseignements de Bahá’ú’lláh

Les enseignements de Bahá’u’lláh sont vastes et couvrent des domaines tels que la nature et le but de la Révélation, la noblesse inhérente de l’être humain, l’œuvre de cultiver les qualités spirituelles et les interactions humaines avec le monde naturel. Les Écrits bahá’ís sont aussi remplis de références à la paix universelle, « le but suprême de toute l’humanité », ainsi que d’explications sur les principes sociaux auxquels cette paix est associée.

Parmi ces principes, nous trouvons la recherche indépendante de la vérité ; l’unité de la race humaine tout entière, qui est le principe-pivot de la foi bahá’íe ; l’abolition de toutes les formes de préjugés ; l’harmonie qui doit exister entre la religion et la science ; l’égalité de l’homme et de la femme, les deux ailes grâce auxquelles l’oiseau de l’humanité est capable de s’élever très haut ; l’introduction de l’éducation obligatoire ; l’adoption d’une langue auxiliaire universelle ; l’abolition des extrêmes de richesse et de pauvreté ; l’institution d’un tribunal mondial chargé de régler les conflits entre les nations ; et la confirmation de la justice en tant que principe gouvernant les affaires humaines.

Les bahá’ís ne considèrent pas ces principes comme de simples déclarations d’une vague aspiration ; ces principes se comprennent comme des objets de préoccupations immédiates et pratiques aussi bien pour les individus que pour les communautés et les institutions.

Institutions et organisation

L’Ordre administratif bahá’í établi par Bahá’u’lláh

Les affaires de la communauté bahá’íe sont administrées grâce à un système d’institutions, dont chacune a un champ d’action bien défini. Les origines de ce système, connu sous le nom d’Ordre administratif bahá’í, se trouvent dans les Écrits de Bahá’u’lláh Lui-même.

Aujourd’hui, la Maison universelle de justice est le corps central de gouvernance de l’Ordre administratif. Sous sa houlette, les corps élus, appelés Assemblées spirituelles locales et Assemblées spirituelles nationales, s’occupent des affaires de la communauté bahá’íe à leurs niveaux respectifs.

Servir dans une institution bahá’íe est considéré comme un privilège, mais ce n’est pas un privilège que les personnes briguent ; il s’agit d’une responsabilité à laquelle elles peuvent être appelées à n’importe quel moment.

Les Assemblées spirituelles locales

Au niveau local, les affaires de la communauté bahá’íe sont administrées par l’Assemblée spirituelle locale. Chaque Assemblée spirituelle locale est composée de neuf membres élus pour une année.

Les responsabilités de l’Assemblée spirituelle locale incluent :

  • promouvoir l’éducation spirituelle des enfants et des jeunes ;
  • consolider le tissu spirituel et social de la vie communautaire bahá’íe ;
  • évaluer et utiliser les ressources de la communauté ;
  • s’assurer que les énergies et les talents des membres de la communauté contribuent au progrès ;
  • organiser les Fêtes de dix-neuf jours.

Pour contacter les bahá’ís de votre localité, écrivez à : infobahai.ch ou appelez le 031 352 10 20

La Fête des dix-neuf jours

La Fête des dix-neuf jours réunit les amis d’une localité donnée tous les dix-neuf jours, au début de chaque mois bahá’í. Ils prient et consultent ensemble, font des suggestions à l’Assemblée spirituelle locale et reçoivent des informations de cette dernière.

Les Fêtes sont organisées formellement dans chaque localité qui a une Assemblée spirituelle locale ; dans les autres endroits, ces réunions peuvent aussi avoir lieu de manière informelle.

L’Assemblée spirituelle nationale

Au niveau national, les affaires de la communauté bahá’íe sont administrées par l’Assemblée spirituelle nationale, un conseil de neuf membres élu une fois par an. Son mandat est, globalement, de guider, coordonner et stimuler les activités des Assemblées spirituelles locales et des membres de la communauté bahá’íe d’un pays donné.

Les responsabilités de l’Assemblée spirituelle locale incluent :

  • favoriser la croissance de la communauté nationale bahá’íe et s’assurer que celle-ci continuer à être vibrante ;
  • canaliser les ressources financières de la communauté et en superviser les affaires, y compris en gérer les propriétés ;
  • superviser les relations avec le gouvernement ;
  • résoudre des questions soulevées par les individus et les Assemblées spirituelles locales ;
  • et renforcer la participation de la communauté bahá’íe dans la vie de la société au niveau national.

Les élections bahá’íes

Aux niveaux national et local, les Assemblées sont élues chaque année par un vote à bulletin secret. Chaque bahá’í âgé de plus de 21 ans est éligible et peut voter ; il lui est demandé de le faire dans un esprit de prière.

Les élections suivent les procédures électorales bahá’íes de base : aucune candidature n’est permise, les campagnes électorales sont interdites, les électeurs sont priés de prendre en considération le caractère moral et la capacité pratique ; sont élus les femmes et les hommes qui reçoivent le plus de votes.

Tandis qu’une Assemblée spirituelle locale est élue par tous les membres adultes de la communauté bahá’íe locale, l’Assemblée spirituelle nationale est élue par des délégués, qui ont été eux-mêmes élus lors de conventions régionales ou « d’unités » Chaque année, les délégués se réunissent à la Convention nationale, consultent et partagent leurs points de vue sur les progrès de la communauté bahá’íe et votent pour les membres de l’Assemblée spirituelle nationale.

Les membre de toutes les Assemblées spirituelles nationales ont la responsabilité directe d’élire les membres de la Maison universelle de justice tous les cinq ans.

Autres espaces de réflexion

Outre la Fête des dix-neuf jours, d’autres espaces sont organisés aux niveaux local et régional pour réfléchir aux activités visant à construire des communautés vibrantes. Ces rencontres sont des occasions de se réjouir des succès de tous ceux qui se sont engagés et de planifier les activités du cycle suivant.

Cookie Consent Banner by Real Cookie Banner